Retrouvez toutes nos publications

A notre devoir de reporting s’ajoute celui d’une information fiable et régulière, délivrée sous forme de newsletter sur tous les sujets d’actualité liés à la gestion de patrimoines privés.

Sans oublier nos billets d’humeur qui font partie intégrante de l’identité de notre société.

Le Top du Scoring

MODERNA : quand les ARN messagers révolutionnent l’industrie mondiale du vaccin… avant probablement d’autres aires thérapeutiques

Pourquoi en parler aujourd’hui

En l’espace de dix-huit mois, le mot vaccin est devenu l’un des plus usités de notre vocabulaire quotidien et la notion d’ARN Messager, à défaut d’être très claire pour tous, est désormais connue du plus grand nombre. Nous sommes en effet nombreux à avoir reçu au moins une dose de ce type de vaccin. Moderna partage avec BioNTech et son partenaire Pfizer le mérite d’avoir su développer en l’espace de quelques mois un vaccin, diffusé à très large échelle, très efficace et sans effet secondaire sérieux pour ce que l’on en sait à ce jour. Certes, une conjonction de facteurs a rendu cette aventure industrielle possible : partage du savoir pour décoder rapidement le génome du virus et notamment de la protéine Spike ; capacité de certains organismes publics, souvent américains, à libérer rapidement des fonds substantiels pour accélérer le développement ; adoption de procédures de revues accélérées par les autorités de santé ; mise en place enfin d’une chaine logistique sans précédent dans l’histoire pour acheminer, distribuer et prescrire les vaccins en un temps record. Au jour où nous écrivons, on estime que plus de 4 milliards d’individus ont reçu au moins une dose et que 3,2 milliards sont totalement vaccinés. Soit 41% de la population mondiale tout juste 11 mois après l’autorisation reçue de vacciner en urgence et moins de deux ans après l’apparition du virus.

Description

Moderna est une société américaine, créée en septembre 2010, dont le directeur général Stéphane Bancel est français. Il aime dire qu’il a été le premier employé de la firme, convaincu à l’époque du potentiel des ARN Messagers (mRNA en anglais) au point d’avoir quitté le poste de directeur général de la prestigieuse société BioMérieux pour vivre une aventure entrepreneuriale. Moderna est en effet un des fers de lance de cette technologie des ARN messagers (ARNm) dont nous pensons qu’elle pourrait durablement révolutionner le monde de la santé. L’acide ribonucléique messager est une copie temporaire d’une section de notre ADN, le code génétique de toutes nos cellules. Un brin de cet ARNm contient toutes les instructions d’assemblage permettant à une cellule de créer une protéine. Concrètement, il a pour mission d’indiquer aux cellules quelles sont les protéines qu’elles doivent synthétiser pour se défendre contre le coronavirus. Cette technologie « répare » plus qu’elle ne guérit. Elle requiert une puissance informatique et de calcul très importante et de gros moyens financiers car, en ce domaine, la vitesse compte. Or, ces moyens, Moderna en dispose désormais : la société s’est développée au gré des augmentations de capital jusqu’à celle de son introduction en bourse  sur la base d’une capitalisation boursière de 7,5 milliards $ à l’époque. Les ventes de vaccins réalisées en 2021 lui permettent aujourd’hui d’afficher 15,3 milliards de dollars de liquidités et on s’attend à ce qu’elle réalise encore 20 milliards $ de ventes en 2022.

Enjeux business, stratégie de développement

Forte de ces disponibilités, la société est en mesure de relever son plus grand défi : continuer de générer un chiffre d’affaires conséquent dans les prochaines années, notamment dès lors que les ventes de vaccins anti-Covid ralentiront et assurer ainsi la relève. Le groupe développe actuellement de front 36 autres programmes dont 1 en phase 3 (vaccin contre le CMV, cytomégalovirus), une dizaine en phase 2 et une quinzaine au stade préclinique. Il y a 11 mois précisément, nous recensions 21 programmes dont 5 en phases 2 et 3… Les enjeux sont colossaux : la vitesse de développement et le faible prix des traitements qui en découle sont en effet des arguments incontestables en faveur des ARNm. Au point que le français Sanofi, un des laboratoires pharmaceutiques mondiaux leaders dans les vaccins, a pris la décision d’abandonner le développement de son vaccin ARNm anti-Covid malgré des résultats intérimaires d’efficacité et de sécurité d’emploi très honorables… au motif qu’il serait arrivé trop tard sur le marché. Cette décision nous incite à tirer la conclusion que dans ce domaine, il convient d’être parmi les deux premiers sur le marché. De ce point de vue, la bataille que se livrent les quelques acteurs cités dans ce papier sur le développement de vaccins contre la grippe ou combinant grippe et Covid sera passionnante à suivre. A ce jeu, Moderna et Pfizer/BioNTech sont, une fois encore, les plus avancés.

Conclusion, éléments de scoring :

Tout, dans l’histoire récente de la société, la rend difficile à analyser à l’aide des critères que nous utilisons habituellement : la visibilité sur ses ventes est faible d’autant qu’elle ne dispose pas réellement d’un carnet de commandes et que tout son chiffre d’affaires dépend d’un seul produit. Son succès repose, quoique cela soit moins vrai désormais, encore largement sur l’énergie et la capacité de conviction de son emblématique directeur général actuel. En outre, la cotation en bourse est récente et la communication avec les investisseurs est un art qui s’acquiert avec le temps. Enfin, les autorités sanitaires jouent un rôle prépondérant dans la mise au marché des produits, ce qui peut être un obstacle. Cependant, nous apprécions particulièrement la capacité de l’équipe de direction à voir grand et loin ; nous croyons dans le potentiel de la technologie utilisée, notamment pour le développement de vaccins (23 des 37 programmes en développement). Surtout, Moderna a su garder pour elle seule la valeur créée sans avoir à la partager avec un grand acteur industriel. Ce pari sera payant à terme.

Moderna apparait dans le premier quartile des plus de 140 sociétés que nous suivons attentivement et qui sont notées via notre scoring propriétaire. Cet acteur, dont la capitalisation atteint près de 100 milliards de dollars, est inscrit pour le long terme dans le paysage boursier de l’industrie de la santé. A ce titre, il est présent dans les portefeuilles de nos clients et les baisses récentes sont des occasions de renforcer les positions.

|

Prenez Contact avec nous

S'inscrire à la newsletter