Retrouvez toutes nos publications

A notre devoir de reporting s’ajoute celui d’une information fiable et régulière, délivrée sous forme de newsletter sur tous les sujets d’actualité liés à la gestion de patrimoines privés.

Sans oublier nos billets d’humeur qui font partie intégrante de l’identité de notre société.

Billets d'humeur

Le prix du livre : Et si c’était Jack (Lang) qui gavait Jeff (Bezos) ?

Il y a quarante ans était votée la loi du prix unique du livre, dite loi Lang, dont l’objet était de protéger le réseau des librairies indépendantes, dont on craignait qu’il fût dangereusement concurrencé par la grande distribution. Aujourd’hui, cette loi représente l’ultime rempart contre Amazon à l’origine du e-commerce initié avec le livre comme unique produit. Pendant la pandémie et à la suite de la fermeture de ce commerce… non essentiel que sont les librairies indépendantes (!), l’actuelle ministre de la culture Roselyne Bachelot a repris le flambeau de leur défense en proposant de renforcer la loi Lang et en dissuadant les Français confinés chez eux de commander des livres auprès d’Amazon, avec sa faconde habituelle : « Oui Amazon se gave, à nous de ne pas les gaver »…

Mais si c’était Jack Lang et ses épigones qui gavaient Jeff Bezos? Selon le Syndicat National de l’Edition, la chaîne de valeur d’un livre vendu 20 € en librairie se décompose ainsi : l’auteur perçoit 2 €, l’éditeur 3 €, ainsi que l’imprimeur, la diffusion et la distribution 3.40 €, le libraire 7.60 €, et l’Etat 1 € de TVA. Mais la raison d’être du livre, ne sont-ce pas les auteurs, qui ne touchent qu’à peine 10% de son prix de vente, et les lecteurs ? Les autres intervenants ne sont que des chaînons intermédiaires liés à une technologie et à une époque, en pleine transformation.

On serait tenté de suggérer une analogie entre la situation du livre aujourd’hui et celle d’il y a plus de cinq siècles avec l’apparition des premiers incunables. Né en Allemagne, Johannes Guttenberg commença ses travaux à Strasbourg entre 1439 et 1444, et les poursuivit à Mayence, où fut installée autour de 1450 la toute première imprimerie d’Europe ? Dans son monumental ouvrage Civilisation, Economie et Capitalisme, Fernand Braudel considère que l’imprimerie constitue l’une des trois grandes inventions de la période 1400-1 800 ayant permis le développement du capitalisme. Son intuition a été validée par des économistes dont les études font ressortir l’existence d’une nette corrélation dans l’Europe de la Renaissance entre la croissance des villes, leur prospérité économique, leur activité commerciale et leur proximité avec la ville de Mayence. Et si c’était le bourgmestre de Strasbourg de l’époque qui, sous la pression des copistes, avait chassé Gutenberg de sa ville ?

La morale de cette histoire nous est fournie par la recherche macro-économique, qui identifie le rôle central joué par les idées, dont la diffusion favorise l’innovation et le développement économique. L’imposition d’un prix unique du livre, forcément plus cher qu’il ne le serait sinon, restreint le lectorat et la circulation des idées. En même temps, le prix unique du livre enrichit les vendeurs en quantité, tels qu’Amazon, qui peuvent négocier directement avec les éditeurs pour obtenir un rabais substantiel, et accroître leurs marges. Et c’est ainsi que Jack a gavé Jeff, et contribué à en faire l’homme le plus riche du monde… avec l’argent des lecteurs qui payent le même livre, partout au même prix, mais plus cher.

|

Prenez Contact avec nous

S'inscrire à la newsletter