Le
Blog
Billets d'humeur

La Santé, un secteur qui pourrait pâtir en bourse des élections américaines mais qui offre de solides perspectives et reste au cœur de notre stratégie d’investissement !

Alors qu’il avait très bien résisté en bourse dans la grande vague baissière de mars 2020, le secteur de la santé affiche aujourd’hui une performance boursière mitigée. Certes, aucun laboratoire ne s’est pour l’instant montré en mesure de soigner la Covid-19, mais on était en droit de s’attendre à une meilleure performance de la part d’un secteur réputé défensif et au cœur de l’innovation médicale… Nous nous sommes forgé la conviction que la perspective, annoncée à ce jour par les sondages, d’une victoire des démocrates américains en novembre, joue négativement sur la perception des sociétés du secteur, y compris les européennes qui réalisent au moins 40% de leurs résultats aux Etats-Unis.

Outre sa volonté de relever le taux d’impôt de l’ensemble des sociétés américaines, Joe Biden a en effet indiqué vouloir s’attaquer au budget de la santé (18% du PIB aux Etats Unis vs 12% en Europe et 6% en Chine) et généraliser l’accès aux soins. On répète à l’envi outre-Atlantique que les prix élevés des médicaments servent au financement de l’innovation dont bénéficie le monde entier, et que cette situation doit changer. Certes, les prix affichés y sont plus élevés qu’ailleurs et la part sortant de la poche du malade n’a cessé de progresser ces dernières années, mais il est fréquent que les laboratoires ne perçoivent déjà que 50% du prix affiché car de nombreux intermédiaires captent l’autre partie des revenus. On oublie de dire en effet que ces prix élevés servent largement à rémunérer des acteurs privés auxquels l’état fédéral a délégué la gestion de son système de santé. Ces élections de novembre sont l’occasion de remettre ces sujets sur la place publique et les démocrates sont plus volontaristes sur le sujet que l’administration actuelle. Si l’Etat devait reprendre partiellement la main sur la gestion du système de santé, il aurait un pouvoir d’achat colossal et pourrait faire pression sur les fournisseurs. Mais notre conviction est que les principales victimes d’un changement profond du système américain ne seraient pas tant les grands laboratoires que les intermédiaires et les assureurs privés ; l’industrie de la santé est le plus gros donateur et lobbyiste, loin devant les assureurs, les compagnies électriques et les pétroliers…  

Le secteur pourrait toutefois rester sous pression en bourse dans les semaines à venir. Nous y voyons une bonne opportunité d’acheter de belles sociétés qui bénéficient de nombreuses tendances de fond très porteuses : i/ innovation plus forte que jamais, dans l’immuno-oncologie (cancer) et la thérapie génique (maladies rares) notamment mais aussi en termes de diagnostic et de vaccin. ii/ Nombre record d’autorisations de mise sur le marché de nouveaux médicaments par la FDA américaine et l’EMA européenne. iii/ Solides opportunités de croissance en Chine, dont les autorités sont résolues à moderniser en profondeur et à vitesse accélérée le système de santé. La Chine est d’ores et déjà le deuxième marché de santé au monde en volume. iv/ Perspectives de progression des résultats au plus haut depuis 10 ans. v/ Des dividendes élevés, offrant un rendement annuel proche de 4%. vi/ Des bilans généralement très sains. 

Ce sont pour ces raisons que le secteur de la santé conserve les faveurs de J. de Demandolx Gestion, avec notamment des titres comme Astrazeneca, Amgen, Biomerieux, Bristol Myers, Johnson & Johnson, Novartis, Sanofi et Roche.  
|