Retrouvez toutes nos publications

A notre devoir de reporting s’ajoute celui d’une information fiable et régulière, délivrée sous forme de newsletter sur tous les sujets d’actualité liés à la gestion de patrimoines privés.

Sans oublier nos billets d’humeur qui font partie intégrante de l’identité de notre société.

Revue boursière

Hausse spectaculaire des marchés boursiers

L’annonce faite début novembre de la mise au point d’un vaccin contre le Covid-19 par les laboratoires Pfizer et BioNTech a déclenché une hausse spectaculaire des marchés boursiers, notamment en Europe. Du 1er au 27 du mois, c’est le CAC 40 qui affiche la meilleure performance (+22%) devant le Bovespa brésilien (+17,7%), le Nikkei (+17%), le DAX (+15,4%), le S&P 500 (+ 8,5%), le Nasdaq (+11,9%). Sur les marchés obligataires, la politique des banques centrales a maintenu les taux d’intérêt à des niveaux extrêmement bas. Sur le marché des changes, la baisse du dollar s’est poursuivie : -2,7% face à l’euro. Sur les marchés de matières premières, la hausse a été générale, conséquence de la baisse du dollar et des anticipations de reprise de la demande mondiale. Les cours du pétrole ont ainsi rebondi de 30%. En revanche, la valeur refuge qu’est l’or, qui avait fortement progressé dès le début de la pandémie, a logiquement subi des dégagements importants. Il recule de -7,54% (en euros).

Comme on pouvait le prévoir, l’annonce de la mise au point d’un vaccin contre le coronavirus a brutalement changé la donne, les investisseurs pouvant désormais compter sur un retour à la normale de la vie économique au cours de l’année qui vient. Cela s’est traduit à la fois par des rachats de découvert et des arbitrages massifs en faveur des actions des secteurs qui étaient les plus menacés par la poursuite de l’épidémie et donc largement décotées : banques et sociétés financières, automobiles, transport aérien, etc. Mais les marchés ont aussi trouvé des motifs d’optimisme dans le bon déroulement et le résultat de l’élection présidentielle américaine. La large victoire de Joe Biden a non seulement dissipé les craintes de voir la première puissance mondiale s’engager dans une crise sociale et institutionnelle majeure mais elle a aussi, en sonnant la fin de l’ère Trump, ouvert la voie vers un apaisement et une normalisation des relations internationales. Toujours en novembre, la signature d’un accord de libre-échange par la Chine et 15 pays de la zone Asie Pacifique (représentant 30% du PIB mondial) est venue confirmer que, loin d’être menacée, la mondialisation suit son cours tout comme le déplacement progressif vers l’Asie du centre de gravité de l’économie mondiale.

|

Prenez Contact avec nous

S'inscrire à la newsletter